little-deviant-2

little-deviant-2.jpg

Titre : Book Of Little Deviants
Adresse : http://www.littledeviant.com/
Développeur : Shilo / Attik
Annonceur : Toyota
Année de publication : 2007
Jeux concours : Non
CRM : Non

Pour les joueurs
Pour ne pas avoir joué à Legacy Of Kain depuis des années, j’avoue avoir été un peu choqué quand j’ai joué à Book Of Little Deviants pour la première fois. En tant que testeur, je m’attends généralement à toujours trouver une « caution morale » derrière chaque advergame. Or ici, non, et c’est même le contraire.
Vous voici plongé dans un univers peuplé de « sheeples » (sorte d’hommes-moutons léthargiques et conformistes), qui passent leur vie à peindre le monde en gris. Vous avez donc très naturellement la charge de les éventrer, découper, torturer et tuer à travers 7 missions, au grand renfort des « little deviants », une armée de sales petits monstres ayant pour idole la Toyota Scion. Le graphisme de Dave Correia est superbe de violence, mélange de crayonnés, after effects et flash. Plus intéressant encore, celle-ci sert une vraie trame en 7 étapes et autant de mini jeux gores, simples et addictifs – auxquels je dois bien avouer avoir pris du plaisir, malgré cet imaginaire de rafles, d’un goût légèrement douteux. La prise de risque, tant artistique que commerciale, est néanmoins très appréciable, et prouve la versatilité -si besoin est encore- du support vidéoludique.

Graphismes : 5/5
Jouabilité : 4/5
Durée de vie : 3/5
Difficulté : 4/5

Pour les marketeurs
La campagne de Toyota, lancée en juin dernier pour promouvoir son modèle Scion, a soulevé de nombreuses interrogations, autant pour ses spots publicitaires relativement violents diffusés dans les cinémas en première partie d’Harry Potter, que pour son advergame qui invite l’internaute à participer au génocide des « sheeples ». Les questions portaient généralement sur la teneur du message, et la cible à laquelle s’adressait une telle campagne. Il faut croire que, suite à une étude publiée par eMarketer sur les « youth-fluentials » (cette génération de prescripteurs située entre 12 et 25 ans), Toyota a volontairement ciblé les leaders d’opinion qui ne veulent pas suivre le courant général : Books Of Little Deviants a ainsi connu un succès de masse grâce aux blogs et autres médias alternatifs, par essence anti-conformistes. Ce fut également l’occasion pour Toyota d’asseoir sa position dominante sur le marché américain, que l’entreprise a pénétré de manière très agressive, et d’enterrer symboliquement les grandes firmes du Big3 (Ford, General Motors, Chrysler) en leur signifiant qu’ils sont de l’histoire ancienne et devenus LA conformité. Il en reste néanmoins que le site se situe aux confins de la légalité, si l’on juge du rapport qu’il entretient avec sa cible (les 12-25 ans donc), puisque malgré son interdiction au moins de 16 ans (et l’interdiction de forwarder le jeu aux moins de 21 ans), il ne présente aucun avertissement à l’entrée. De quoi éroder l‘image de Toyota ?

Puissance : 5/5
Affinité : 4/5
Temps d’exposition : 4/5
Image de marque : 3/5

Note Globale : z-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-plein.gifz-vide.gif

A vous de jouer : Quelle image de Toyota vous inspire Book Of Little Deviants ?