Facebook users

La nouvelle stratégie de Facebook : un espace dédié pour les jeux et applications

L’article de la semaine dernière évoquait l’effacement du socialgame au profit de l’advergame, cette semaine nous allons approfondir le sujet en nous penchant sur la nouvelle politique de Facebook vis-à-vis des applications et des jeux en particulier, avec la mise en place d’un espace dédié.

Cette nouveauté au sein de Facebook est légitime, et s’appuie sur des chiffres (encore une fois), il est à noter qu’on comptait environ 235 millions d’adeptes des socialgames implémentés sur la plate-forme à la moitié de l’année 2012. Ce qui représente près du quart des inscrits (prenant en compte les fake users et les comptes doubles). Or une masse d’une telle ampleur dégage un potentiel commercial très élevé.

C’est en réponse à cela que Facebook a créé un espace application dédié aux amateurs de socialgames et d’applications telles que SoundCloud ou Deezer.

 

 

Pari réussi pour la firme, puisque cette politique a permit de générer plus de trafic, de multiplier le nombre d’applications disponibles et donc le nombre de joueurs actifs.

Depuis, on estime à 35 % les jeux qui sont rejoués dès le lendemain de l’installation depuis cet espace.

Mais la firme de Palo Alto mène principalement campagne auprès du cœur de cible de son opération, les développeurs. Notamment avec la mise en place d’OpenGraph 2.0, un ensemble de métadonnées que les développeurs implémentent à leurs applications, de manière à assurer la portabilité des applications du Web aux mobiles, et vers d’autres applications externes, ou sites Internet.

De cette manière, les advergamers n’ont même pas à s’inscrire ou à renseigner un formulaire, la connexion avec Facebook automatise le processus, comme l’ont fait Fanta et Kellog’s.

Le partage avec les connaissances du joueur est facilité, s’il est correctement (mais surtout efficacement) suggéré, mais surtout permet de créer un effet de masse si le jeu amène à défier ses amis.

Cette ouverture à tout de même un prix, les développeurs devront payer pour proposer du contenu afin que Facebook le diffuse sur leurs plate-formes.

L’arrivée d’applications payantes de façon récurrente, sous forme d’abonnement est également en cours de mise en place, puisque les analystes de Facebook ont estimé que le paiement récurrent était une manière de fidéliser les joueurs, en les faisant revenir plus souvent, le fait de payer les poussant à jouer plus comme pour « compenser » le fait de payer.

Cette nouvelle politique ouvre un champ de possibilités très important pour les annonceurs, avec une stratégie tournée vers les développeurs, ainsi l’émergence de l’advergame concurrent du socialgame et le trafic généré par près de 240 millions de joueurs actifs.

Facebook se retrouve maintenant en position de force, avec une plate-forme polyvalente, elle même multisupports et ouverte aux professionnels.

À n’en pas douter, la nouvelle ère Facebook s’annonce comme celle d’un canal de diffusion, et quel meilleur canal que celui regroupant un potentiel d’un quart de milliard de vues ?