Zynga

Zynga en situation difficile ?

Alors que le social gaming  s’était démocratisé auprès de nombre de casual gamers qui se tournaient vers lui et l’envisageaient comme une alternative aux jeux vidéo classiques, la rumeur est apparue en décembre pour se confirmer il y a peu : Zynga le spécialiste américain du social gaming doit supprimer plus d’une dizaine de jeux de son catalogue dans l’objectif de réduire ses coûts.

Nous avons déjà évoqué sur ce blog la situation complexe de Zynga, son essoufflement lors du dernier trimestre de 2012. La société Californienne, entrée en Bourse au mois de décembre 2011 a connu une ascension fulgurante pendant les 6 premiers mois de sa cotation. Les jeux se multiplient alors, certaines franchises se développent (à l’image de la série Ville qui comprend FarmVille, titre phare, ForestVille ou encore FishVille). C’est justement cette franchise ( Ville ) qui est concernée par ces suppressions de jeux.

La force du Social Gaming

Une des forces du social gaming, c’est que l’on y accède facilement, via son téléphone intelligent, sa tablette ou encore son navigateur Web. Les parties sont rapides, le jeu est gratuit. Tout le monde peut se sentir cible du jeu, puisqu’il ne s’adresse pas à une catégorie sociodémographique particulière.

C’est en adaptant un modèle économique à ce mode de jeu que Zynga s’est fait connaître. Premièrement, le freemium, rendre le jeu accessible à tous, en le proposant gratuitement, en échange d’encarts publicitaires, puis proposer des contenus supplémentaires, ceux-ci payants.
Deuxièmement, proposer les jeux par un autre canal que les magasins d’applications mobiles, de manière à simplifier la distribution. C’est là que Facebook intervient, et en proposant ces jeux sur le réseau social, Zynga s’assurait une visibilité mondiale.

Licenciements et Suppression de Jeux chez Zynga

Avec un développement fulgurant, une place bien installée dans le marché, on peut légitimement se demander comment Zynga a pu en arriver là… Suppression de 11 titres de son catalogue (qui en comprenait 40 jusqu’alors), licenciement de 5% des effectifs (soit 150 personnes et la fermeture de studios à Boston, au Royaume-Uni et au Japon, phénomène qui avait d’ailleurs agité la Toile.

La société n’a peut-être pas vu arriver ses concurrents et les évolutions du marché au niveau du jeu vidéo ?

C’est là le danger principal pour une start-up comme Zynga, en passant immédiatement à l’étape de grande structure internationale, elle n’a pas su s’adapter et n’a donc pas prêté suffisamment attention aux risques qu’elle encourait.

Cette réorganisation des effectifs et la suppression de titres accompagnent le changement de stratégie amorcé par Mark Pincus, P-DG de Zynga, qui souhaite se concentrer à présent sur les terminaux mobiles, les jeux d’argent ainsi que le Web.

 

Espérons que cette phase traversée par Zynga est temporaire, car les joueurs qui avaient dépensé de l’argent et du temps et ont vu leur compte supprimé risquent d’avoir un peu d’amertume…à l’égard de Zynga !