processeries

 

Ne me demandez pas pourquoi mais suite aux visionnage intensif de plusieurs dizaines d’épisodes de séries américaines réputées je me décide à utiliser mon blog pour Accuser à la Zola ces personnages qui m’insupportent !

Sur le banc des accusés : Malcolm (Malcolm in the middle), John “J.D” Dorian (scrubs), Ted Mosby (How I met your mother), Ross Geller (Friends), Eric forman (70’s show), Dawson Leary (héros de la série la plus agréable à détester : j’ai, par le passé, voué un mini-culte à l’agacement que me procure ce personnage et son univers), etc.

Chefs d’accusations : Après plusieurs discussions emportées, de la plus haute importance, j’en reviens toujours a la même constatation et surtout à la même question : pourquoi le personnage principal des séries que l’on aime est-il aussi insupportable ? Impossible de passer outre : ce personnage est toujours niais, plein de bonne volonté et de bons sentiments dégoulinants, un peu looser sur les bords voir carrément bizuth, et pourtant toute la série tourne autour de lui ! On veut du Ari Gold, du Barney… wait for it … Stinson et pourtant on doit faire avec les états d’âme de ces anti-héros romantiques!

Le mobile : Après une deuxième longue réflexion (je vous laisse imaginer dans quel état se trouve mon cerveau…) je crois tenir les deux coupables de cette absurdité : empathie et identification. On a besoin de pouvoir s’identifier à ce personnage principal qui, comme semblent l’imaginer nos amis scénaristes américains ( Quoi ? vous voulez me faire croire que vous regardez des séries Françaises ?) échoue plus souvent qu’il ne réussit mais qui a tellement bon fond, que sa pureté finira par l’emporter. Ah si, des fois le personnage fait quelque choses de condamnable et on a droit à plusieurs épisodes de mea culpa dont l’issue ne laisse que peu de doute… Mais qui est le responsable de cette génération de looser ? On pourrait penser à la publicité… En poussant l’identification au maximum les producteurs favorisent le travail des annonceurs : ce personnage (minable) qui me ressemble tellement ne vit que des aventures extraordinaires. Si j’achète comme lui, je serais comme lui ! Non mais sans rire vous pouvez croire de telles inepties ? Voyons … Un peu de sérieux. On connait le responsable : Harrison Ford. L’anti heros par excellence. En plus tout le monde l’adore (moi y compris, c’est terrible…) ! Pourtant si cette ordure n’avait pas fait “Le fugitif”, et nous avait pas fait croire que n’importe lequel d’entre nous peut devenir quelqu’un d’exceptionnel en se dépassant, on pourrait télécharger suivre à la tv les aventures de personnages autrement plus excitants que ces guimauves dépressives.

Dans un deuxième temps, je crois aussi que ces personnages servent de point de repère et permettent d’équilibrer la balance. J’ai souvent l’impression que plus les personnages secondaires sont méchants ou complexes, et plus le héros doit être irréprochable. C’est une sorte de balance pour l’équilibre de la série. On essaie bien entendu de nous faire croire qu’il a un peu de relief à travers quelques mauvaises actions, mais impossible de se débarrasser de cette incurable bonté d’âme.

Le verdict : Coupables. Même si la qualité de ces séries ne peut être remis en cause et je suis, pour la plupart de celles citées, un fan inconditionnel (pour Dawson ceci dit, quartier libre), on doit juste aider nos personnages favoris à prendre le pouvoir. Et si ils sont parfois hautement détestables, ils sont souvent plus drôles que les eternels tracassés bien élevés qui trustent le devant de la scène. Je suis pour la revanche des méchants personnages secondaires. A ce titre les films ne sont pas en reste (et la fragilité de Freudon a réussi à me faire détester le seigneur des Anneaux, j’ai prié tout le film pour que Sam, qui a tout le mérite, le tue). Mais l’avenir ne semble pas si noir et l’on a vu récemment un vilain grincheux au centre d’une série : le merveilleux docteur Gregory House est étonnamment acariâtre pour un personnage principal. C’est d’ailleurs très surement une des raisons de son succès. Dexter est aussi une énorme source d’espoir et réconfort pour moi. Vous noterez d’ailleurs avec amusement les bonnes intentions et l’honnêteté de la plupart des personnages secondaires de ces deux séries…

La sanction : un petit pictogame avec la tête d’un de nos héros agaçants.

Le jury : Alors coupables ou non coupables ? Choisissez votre camp.