PDG de Zynga Mark Pincus

Malgré les prédictions sur le déclin des jeux sociaux, ce marché conserve un fort potentiel !

Dans une étude concernant des titres Zynga ( grand éditeur de jeux Facebook) aussi populaires que Mafia Wars ou FrontierVille, les analystes de Cowen & Company affirment que le déclin des jeux sociaux est désormais inéluctable. En effet, pour être rentables, ces derniers nécessitent un nombre considérable de connexions quotidiennes.

PDG de Zynga Mark Pincus

 

 

Photo : le PDG de Zynga, Mark Pincus

 

 

Le bureau d’analyse Cowen & Co a publié en  Juin dernier une étude complète sur Zynga. Les résultats pointaient du doigt les faiblesses de l’éditeur. En effet, pour être rentable, un jeu doit pouvoir compter sur un nombre de connexions quotidien très élevé.

Cowen & Co : «En nous basant sur les données fournies par Zynga et AppData, il nous apparaît que Mafia Wars et Farmville voient leurs revenus décliner quand leur fréquentation quotidienne passe en dessous des 3 à 3,5 millions de joueurs.»

Selon Cowen & Company, 8 jeux du top 10 Zynga seraient ainsi condamnés à sombrer dans les années à venir sur Facebook.

Le bureau d’analyse fournit peut-être une solution :

«Nous pensons que Zynga aurait tout intérêt à développer significativement sa branche mobile dans le but de compenser les difficultés du business Facebook représentant 85% de ses activités au premier trismestre 2012.»

En effet, le retard de l’éditeur de jeux sociaux sur support mobile est une faiblesse aiguë qui lui coûte cher lorsque l’on sait que les connexions sur Facebook depuis les terminaux mobiles explosent et gagnent du terrain sur les connexions depuis un ordinateur.

Rappelons que Zynga se lancera dans le jeu en ligne en argent réel au premier semestre 2013 sur les marchés régulés, peut-être une décision stratégique qui annonce une perte de vitesse sur le social gaming  et un besoin de se diversifier.

Pour autant, le jeu social est-il mort ?  Non, car le relai de croissance qu’offre les plateformes mobiles est très élevé.

Les jeux sociaux sur mobile depuis Facebook ou depuis le terminal permettraient de conserver, voire d’accroître le nombre de joueurs et surtout leur temps de connexion quotidien. Même si certains jeux sont déjà disponibles, il reste beaucoup à faire.

Aussi avec le développement sur mobiles, tablettes, des designs plus évolués (comme essaye de le faire Zynga avec le nouveau Farmville), un Game Play plus développé, il y a fort à  parier que le marché du social gaming n’a pas dit son dernier mot.